Le Théâtre de Cahors

Le modèle du théâtre, dit à l’italienne, apparu en Italie à la fin du XVIe siècle, se développe en France à la fin du XVIIIe siècle et connaît son apogée au XIXe siècle. 

Le Théâtre de Cahors construit à l'initiative d'un groupement de particuliers, en est un bel exemple. 

Envisagée en 1831 et soutenue par la Ville dès 1832, la construction en est confiée à Hector Malo, architecte départemental, auteur de l'agrandissement de l'hôtel de ville. Édifié à partir de 1833 et inauguré le 19 juin 1835, Hector Malo fait le choix d'une architecture néoclassique ordonnancée, l'entrée principale étant positionnée au nord afin de regarder vers le boulevard, nouvel axe principal de la Ville en pleine métamorphose. 

Cette façade est enrichie par la présence d'une colonnade surmontée d'un balcon permettant ainsi aux fiacres de déposer au plus près leur client. Le balcon, quant à lui, offre depuis le foyer, où peuvent se désaltérer les spectateurs, une sortie vers l'extérieur mais également constitue un espace où l'on peut se montrer.  

La forme de la salle de spectacle en fer à cheval, typique du théâtre à l'italienne, permet aux spectateurs tout autant d'assister aux spectacles que d'être vus. Ces derniers se répartissent dans les galeries ou sur le parterre face ou autour de la scène permettant d'être plus ou moins vus selon l'importance sociale du spectateur. Ainsi, le parterre accueille-t-il la bourgeoisie, les loges, d'où l'on est vu de tous, étant réservées aux plus aisées. Les balcons répondent à la graduation sociale. Plus on monte, plus les classes sociales sont laborieuses, le dernier étage étant appelé « poulailler ». 

Autre caractéristique, la présence d'un riche décor, tant pour la salle avec le grand décor peint et son lustre monumental, que le hall et les salles du foyer, comme en témoignent la cheminée et ses gypseries dans le foyer principal. Les balcons et loges, réalisés en bois, sont déposés pour des raisons de sécurité lors du chantier de 1963, qui voit également la disparition de la colonnade et son balcon, et ils sont remplacés par un décor à l'identique en staff sur armature de métal.

Le décor du plafond :  
A l'occasion d'une rénovation des décors au début du XXe siècle, un nouveau décor peint vient remplacer le précédent et marouflé sur ce dernier. Commandée par l'Etat au peintre parisien Ferdinand Gueldry (1858-1933) la toile peinte, de plusieurs lais, est mise en place en 1903. Réalisée spécialement pour ce théâtre, le décor représente une personnification de la ville de Cahors sous les traits d'une jeune femme coiffée d'une couronne crénelée qui se dresse vers la scène, tenant de la main droite le drapeau tricolore ; à ses pieds figure l'allégorie de la rivière Lot. Ce motif central est entouré des allégories de la Musique, de la Tragédie, du Ballet et de la Comédie. La Littérature, la Renommée et la Vigne occupent trois autres espaces matérialisés par un décor d'architecture métallique de jardin qui sert de cadre aux figures. Cette œuvre est magnifiée par l'éclairage qu'apporte le grand lustre qui complète l'ensemble.

théatre et statue gambetta
Théâtre Cahors